L’État-zombie

Publié le 17 Janvier 2016

L’État-zombie

Aux premières rencontres du Carrefour de l'Horloge, je fus gentiment convié à intervenir sur un sujet qui m'est cher aujourd'hui – celui, épineux, de l’État.

 

Je pus dès lors développer succinctement l'idée de « l'Etat zombie », dont je fais ici un compte rendu écrit à l'attention de tous ceux qui me le demandèrent.

 

1 – Je parlai de la question de l’État en France, au prétexte que cette question se pose avec plus d'acuité dans notre pays que sous d'autres tropiques. On a dit que, contrairement aux autres Nations, l’État, en France a existé avant la nation, tandis que, généralement, la nation préexiste avant qu'elle ne se dote d'un État. Par nation, vous pouvez entendre « peuple ». Cela peut paraître excessif ; disons plutôt que l’État et la nation en France se sont créés de façon concomitante. Cela fait de la France un Etat-Nation par excellence : l’État et la Nation étant à ce point chevillés charnellement dans l'Histoire qu'il semble que s'en prendre à l’État, pour un Français, c'est s'en prendre à la Nation du même coup.

 

2 – Sans entrer dans un long développement philosophique sur la nature de l’État, je me contentai d'en exprimer les objets, les sources de sa légitimité et les justifications de son existence. D'une manière générale, l’État est censé défendre des intérêts. Dans une conception marxiste, l’État est fondé pour défendre les intérêts de la classe dirigeante. Dans une conception nationale, l’État doit défendre les intérêts du peuple, ou des populations, ou des individus qui le composent, qu'il a l'honneur de présider. Par « défendre les intérêts », il faut entendre « garantir la survie et promouvoir la puissance ». Dans une conception hobbesienne, l’État trouve sa légitimité par la concorde civile, par la paix, qu'il établit dans la société, notamment en introduisant parmi les hommes l'ordre et la justice. En résumé, l’État trouve la justification de son existence dans la défense des intérêts du peuple qu'il permet, et dans la concorde civile qu'il assure.

 

3 – Le problème actuel, c'est que l’État (pour ne parler que du cas Français) a, absolument et systématiquement, inversé tous ses objets originels. Par voie de conséquence, il est désormais possible de s'interroger sur sa légitimité.

Je n'écrirai pas ici tous les reproches qu'il est possible d'émettre à l’État actuel. Ils sont connus : infantilisation du citoyen, désarmement moral et spirituel, fiscalité impossible, inflation législative, application méthodique en vue du changement de peuple, introduction des germes de la discorde civile par la société multiculturelle mise en place, interdiction de défendre son honneur, soit individuel, soit national, bureaucratie, lourdeur, absence de projet, etc. En somme, ni le peuple, ni l'individu, ne voit ses intérêts défendus par l’État : au contraire, il les voit menacés par lui.

 

4 – Nous nous retrouvons donc en face d'un État à son stade zombie. Les films sur les zombies font florès aujourd'hui, or, qu'est ce qu'un zombie ? Quelque chose autrefois bien portant, désormais mort, qui avance lentement, qui est lourd, qui ne ne pense plus, et qui n'a plus d'autres projets que de se retourner contre sa propre famille, ses anciens congénères, pour les dévorer. L’État actuel est zombie. Autrefois efficient, désormais lourd, incapable de penser, de se projeter, et dont l'unique objet, même s'il est inconscient, est de chercher à dévorer son propre peuple.

 

5 – Face à ce constat, une critique simpliste mais qui n'en demeure pas moins pertinente : « Ce n'est pas l’État qui est en cause, c'est ceux qui le président. Pourquoi incriminer le véhicule quand il ne s'agit que de la nullité du conducteur ? ». Façon de dire, changez de président de la République et de ministres, mettez Marine Le Pen, Philippe de Villiers, votre serviteur, Napoléon ressuscité ou Dieu le père, et tout pourrait entrer dans l'ordre. Réflexion d'une banalité confondante, à laquelle il faut répondre par l'Histoire : pourquoi un État est-il à son stade zombie ? D'abord, parce qu'il est mort.

 

Entendu que les morphologies politiques (la Citée, l'Etat-Nation, etc.) appartiennent à l'Histoire, alors il faut les inscrire dans une temporalité. Ce ne sont pas des « objets » absolus et éternels. Ils ont une jeunesse, un âge mur et une mort. L'Histoire montre des milliers de fois où des personnes de bon sens et de hautes capacités prirent le pouvoir à des moments où leurs empires étaient déjà moribonds. Ils parvinrent parfois à retarder l'échéance, mais ne renversèrent jamais la fatalité.

 

6 – Sans aller jusque là et ne pouvant, hélas, pas entrer dans les détails, il faut convenir que la réforme de l’État, à un stade où il est aujourd'hui à un niveau de complexité très élevée, que la corruption y règne, que ses ramifications sont partout et que son idée, en général, n'est plus soutenue, se révèle être d'une difficulté sans pareille. Quiconque prendrait le pouvoir sans avoir conscience que, face à un arbre qui est prêt à mourir (si l'on veut encore croire qu'il n'est pas déjà mort), il faille élaguer au maximum pour le voir refleurir, ne parviendrait pas à le diriger. Les nouvelles Lois qu'il ferait, les nouveaux règlements qu'il établirait, viendraient tous s'ajouter aux anciens et, tombant dans le tonneau des danaïdes, il en résulterait encore plus de lourdeur, d'incompréhensions et de complexité. A la tête d'un État zombie, pour le soigner, le diriger, il faut recourir au sécateur.

 

7 – Quoiqu'il en soit, ni vous, ni moi, n'avons le pouvoir, et nos amis qui espèrent un jour le prendre, n'en sont pas assurés. En attendant donc cette heureuse probabilité, si l'on souscrit à l'idée de l'Etat-zombie, il faut agir avec l’État comme on agirait en face d'un vrai zombie : il ne nous reste qu'à nous éloigner de lui, ou de lui tirer dans la tête.

 

L’État-zombie

Publié dans #article-s

Commenter cet article

yoananda 22/01/2016 23:46

comment ?

Nicolas 18/01/2016 18:45

"Il ne nous reste qu'à nous éloigner de lui, ou de lui tirer dans la tête. "

La deuxième partie de cette citation est-elle une coquille ? Je ne comprends pas l'utilisation de la préposition "de" ici.

Ne faudrait-il pas dire : "il faut agir avec l’État comme on agirait en face d'un vrai zombie : il ne nous reste qu'à nous éloigner de lui, ou à lui tirer dans la tête." ?