"Français de souche", l'incontournable expression.

Publié le 25 Février 2015

La polémique sur l'expression « Français de souche » m'a laissé un peu perplexe.

 

D'un côté, je comprends que les « Républicains » n'aient que « peu de passion » pour ce terme. Il est effectivement contraire à la logique de la société « contractuelle » dite « républicaine ». Les hommes signent un contrat et deviennent citoyens. Ils deviennent, par là, égaux, quelles que soient leurs origines. C'est la pensée issue du contrat social de Rousseau, et celle, qu'aujourd'hui, des « penseurs » comme BHL louent. Et parce que cette vision institutionnelle & volontaire de la société a triomphé sur l'autre – la traditionnelle, l'essentielle, l'enracinée – en la diabolisant violemment, même des Marine Le Pen sont obligés d'y céder et d'y consentir. Que ce soit par crainte de la polémique ou par sincère adoption de cette philosophie, on peut comprendre que les « Républicains » n'usent pas de cette référence aux français de vieille race.

 

Le problème, c'est que lorsque des soi-disant « Républicains » emploient cette expression dans un diner communautaire, celle-ci devient parfaitement valable, et même, bientôt, obligatoire. François Hollande, comme avant lui Nicolas Sarkozy, avec tous leurs aréopages de ministres et d'importants, en allant voir et en parlant à « des Français juifs », « des musulmans français » ou à je ne sais quelle communauté noir, arménienne ou autre, ont déjà biaisé la philosophie républicaine originelle. Ce faisant, dans cette nouvelle France aux différentes communautés, il faudra bien nommer celle qui n'appartient à aucune autre. Celle, encore majoritaire, de ceux qui ne sont que Français. On les appelle les Français de souche, soit. Parce qu'ils ne peuvent plus rester longtemps ceux à qui on ne parle pas, ceux qui n'ont pas de nom, les institutions seront amenés, demain, à ne les appeler plus qu'ainsi. C'est écrit.

 

Le fait est que la défrancisation mélée aux naturalisations de masse, ont détruit à jamais, je crois, le principe autrefois suffisant de « citoyenneté française ». Les Républicains sincères peuvent pleurer et en appeler aux mânes de la IIIe République et du Général de Gaulle, c'est déjà terminé. Je comprends leur logique ; je la trouve juste désuète. Nous sommes entrés dans l'ère des communautés. L'américanisation du monde occidental le veut. L'épuisement des nations européennes aussi. Et l'immigration massive, continue, insistante, et qui va persister, l'oblige.

 

« Français de souche » entrera dans la logique institutionnelle, mais l'expression entrera, surtout, dans le monde de demain. Il va falloir s'y faire. S'habituer aux Français « noirs », aux Français « arabes », aux Français « juifs », aux Français « arméniens », aux Français « chinois », etc etc, et, aussi, car ils existeront encore un peu, aux « de souche ». D'ailleurs, il y a de grandes chances que, très vite, le qualificatif "Français" disparaisse, et qu'on ne garde plus que celui qui suit.

 

En définitive, parce que rien ne peut arrêter ce processus, les appels « à la République » ne sont que dilatoires. C'est bien joli, bien intentionné, mais c'est déjà trop tard.

"Français de souche", l'incontournable expression.

Publié dans #journal

Repost 0
Commenter cet article

k 06/06/2015 04:55

Très bon article.Exactement ce que je pensais..
S'ils ont honte de ce qu'ils sont,
de ce que leurs parents ont bâti,
au prix de leur sang, à la sueur de leur chair,
ce n'est pas mon cas.

S'ils ne savent pas ce que c'est,
qu'ils viennent et je leur expliquerai:
car mon nom est celui d'un arbre, dont les racines sont ancrées
dans le sol de cette terre depuis plus d'un millénaire,

Cet arbre s'est enrichi de greffons,
frisons, bretons, et même ibériques.
Mais jamais d'espèces exotiques parasites.

S'ils croient, ou plutôt prétendent, que je n'existe pas,
qu'ils viennent aussi et je leur montrerai...
Ce qu'est un "Français de souche".

Ca ausso ! Et bravo d'avoir d'avoir trouvé ce texte...
Un jour nous aurons à nous battre contre CES greffons quelqu'ils soit...Qui n'ont pas si bien pris que cela...C'est faux...Et qui pratiquent le communautarisme et le racisme envers les fdesouche.Faisons comme eux, ni plus ni moins...A plusieurs on est forcément plus forts...Et il va falloir penser a nous favoriser nous aussi entre nous .Car eux ca fait 60 ans au moins qu'ils pratiquent ca...
Ils ont tout piqué, la politique, le mairies, le fonctionnariat, le judiciaire.Les emplois, les entreprises, l'immobilier.Comment ? Essentiellement par copinage et piston...Il n'y a pas d'autre raison.Et certainement pas de diplômes...
Rassemblons nous !
Defendons nos racinnes, notre identité, notre communauté au lieu de nous prtétendre comme les autres, lavés de toute histoire francaise et juste républicains.
C'est archi faux.Avant tout nous sommes fdesouche...

Un protégé franc de Smyrne 29/04/2015 01:37

Dans cet article, Monsieur Rochedy, vous mentionnez deux fois les français arméniens. Vous semblez les mettre sur le même plan que les Français juifs, chinois, arabes, noirs. Pourtant leur singularité me semble moins prégnante que chacune des autres "communautés" que vous listez. J'aimerais bien votre avis sur ce sujet. D'autant plus que l'assimilation des Arméniens me semble profonde, pour l'immense majorité. Vous tenez des propos politiques et les Français de souche auront besoin d'alliés fiables dans l'avenir. N'élargissez pas des césures, là où elles sont infimes, ou alors expliquez clairement le communautarisme arménien (et son nombre de divisions...). Merci.

Un protégé franc de Smyrne 16/05/2015 15:33

Monsieur Rochedy, il est dommage que vous ne répondiez pas à vos commentateurs qui prennent la peine de prendre la plume numérique.

lafronde 19/03/2015 23:25

Emission monétaire et émission de citoyenneté.
Lorsqu'une banque centrale émet de la monnaie sans contrepartie tangible, le ratio richesses/monnaie diminue et la monnaie se trouve dévaluée. C'est l'inflation voire l'hyper-inflation. Si les importations limitent l'inflation des biens de consommations, elle se porte ailleurs, par exemple sur l'immobilier spéculatif.

Lorsqu'un régime (la République.fr) émet des visa, des passeport.fr sans l'assentiment de sa population native, il ouvre une brèche communautaire. Antérieurement il existait des obligations de solidarité majoritairement consenties, et un vivre-ensemble communautaire volontaire. Lorsque l'immigration est plus pauvre, moins formée, nombreuse et de culture différente, alors les système de solidarité ainsi étendu, de consentis deviennent non souhaités, forcés et tyranniques. Ces transferts ordonnés par l'Etat, d'une communauté à une autre sont une spoliation. De type colonial, puisque les bénéficiaire viennent de l'étranger.

L'immigration de masse, pauvre de surcroît abouti à dévaluer pour les natifs, l'intérêt de la citoyenneté française. Les français auront alors besoin de créer des système de solidarité réellement volontaire, donc forcément communautaire. Rappelons qu'une communauté peut être locale ou professionnelle, avant guerre chaque métier ou profession avait son propre régime de prévoyance et de retraite. C'était le grand mouvement de la mutualité française, ruiné sous l'occupation.

Bref ne pas donner ses cotisations sociales au Gouvernement, il tape dans la caisse pour ses promesses électorales ! Ne pas donner non plus l'argent du logement social au Gouvernement ou aux politiques. Ces fonds seront perdus pour votre communauté !

Faire reconnaître sa communauté par la République.fr sera un combat homérique, car si l'Ancien Régime reconnaissait ces communautés, et les fédérait, la République depuis son origine (Commune insurrectionnelle de Paris) n'a fait que nier les communautés (république une et indivisible)

Heureusement l'Etat sera bientôt en faillite, une chance historique pour la liberté des communautés de France !

Alex 27/02/2015 04:59

Une question. Peut-on être Français de souche (au moins 5 générations de français) et être juif ou musulman ?

Vi.De. 26/02/2015 15:56

S'ils ont honte de ce qu'ils sont,
de ce que leurs parents ont bâti,
au prix de leur sang, à la sueur de leur chair,
ce n'est pas mon cas.

S'ils ne savent pas ce que c'est,
qu'ils viennent et je leur expliquerai:
car mon nom est celui d'un arbre, dont les racines sont ancrées
dans le sol de cette terre depuis plus d'un millénaire,

Cet arbre s'est enrichi de greffons,
frisons, bretons, et même ibériques.
Mais jamais d'espèces exotiques parasites.

S'ils croient, ou plutôt prétendent, que je n'existe pas,
qu'ils viennent aussi et je leur montrerai...
Ce qu'est un "Français de souche".