La France, l'open-space des communautés

Publié le 23 Juillet 2014

Ces derniers jours, le spectacle du multiculturalisme en action vaut le détour. La seule chose étrange dans ce panorama est la moue de la gauche. Ben quoi ? C'est bien elle qui l'a voulu la société multiculturelle ! C'est bien elle qui a tout fait pour l'établir ! Quels ingrats ces socialistes ! Que d'enfants gâtés ! Parce que le jouet qu'ils avaient commandé à Noël n'est pas, comment dire, tout à fait à quoi ressemble ce qu'il y a sous le sapin, les voilà qu'ils boudent.

 

De notre côté, comment résister à la tentation de regarder tout cela avec du pop-corne au cynisme et des lunettes en 3D brevetées sarcastiques ? Nous leur avions pourtant dit qu'aucune société multiculturelle n'avait fonctionné dans l'Histoire, que les cités multiraciales étaient des cités multiracistes, et que l'immigration massive de la terre entière sur la vieille terre de France n'équivalait pas seulement à plus de diversité dans le choix des restaurants, mais également et surtout à un communautarisme nécessairement producteur de violences et de malaises.

 

Bref, ce genre de films finit toujours mal et nous, nous le savions. Nous avons beau avoir spoilé la fin des millions de fois, ils n'ont pas voulu nous croire. Même la droite a cédé à leur irénisme. Nous sommes restés seuls avec notre vérité. Et voilà qu'aujourd'hui, celle-ci leur éclate à la gueule.

 

La France, l'open-space des communautés

Mais mon petit sourire au coin ne dure pas longtemps. Le regret est trop fort pour cela : les soupires remplacent vite les rictus. Car, dans ce spectacle, la France n'existe plus. Elle a abandonné. Résignée, elle regarde des musulmans choisir le camps des palestiniens en tant que musulmans, et des juifs choisir le camp d'Israël en tant que juifs, soit l'heuristique la plus parfaite du tribalisme, contraire accompli de la fameuse philosophie des lumières qui aurait dû faire que les citoyens se sentent frères en République, et qu'ils déterminent leurs opinions en fonction de leur raison et non de leur sang ou de leur religion. Drôle de retournement, quand on pense que cette situation est le fait, précisément, de laudateurs des lumières. Ces illuminés se remettront-ils en question ? J'en doute.

 

Pour la gauche, tout cela est particulièrement difficile. Son logiciel s'étiole totalement face à la haine des minorités entre elles. Jusqu'à présent, elle tirait sa fierté de la défense des minorités opprimées contre la majorité, et tant que les minorités n'avaient de haine que pour la majorité, tout allait bien. Elle cherchait à les excuser ; il fallait les comprendre. Qu'un musulman criât « à mort la France ! » pouvait s'expliquer, se pardonner. Mais maintenant que ce même musulman crie « à mort les juifs », alors, là, ce n'est plus pareil. La gauche regarde les communautés s'entre-déchirer comme une mère regarderait ses enfants s'entre-dévorer. Car les communautés sont bien de son fait. Elle a flatté la fierté des origines de chacun, elle a brisé l'assimilation, encouragé l'immigration, jeté l’opprobre sur l'identité française, et participé à la confusion entre un Français de confession juive et un Israélien (voir le dîner du CRIF) ainsi qu'entre un Français de confession musulmane et un membre de l'Oumma. Elle a, ce faisant, réuni les explosifs de la haine, de l'antisémitisme, de la violence inter-communautaires – bref : elle a réuni tout ce qui n'est pas la France.

 

Alors oui, je rigole un peu, mais ça ne dure pas longtemps. Je regrette trop la France. 

Publié dans #journal

Repost 0
Commenter cet article

Albéric 23/07/2014 12:15

Observation grandement partagée. Plus réservé sur les conséquences d'une cité multiraciale que vous exposez et qui de fait reviendrait à cautionner des sociétés blanches, noires, maghrébines... sûrement un simple constat de votre part.

Que l'on s'insurge contre ce qui se passe à Gaza n'est pas aberrant. Nous avons notre part de responsabilité, notamment en laissant nos institutions être gangrénées par des lobbys sionistes qui compromettent la France diplomatiquement.

Mais ne soyons pas trop "bisounours"... vous avez raison d'expliquer que l'on voit surtout des musulmans qui défendent la Palestine en tant que musulmans quand on devrait simplement s'indigner du génocide qui s' y déroule. D'autant qu'on évoque peu la communauté chrétienne qui y est très présente.

Damien 23/07/2014 11:16

Sur le problème du communautarisme je suis assez d'accord.
Le principal problème qui se pose pour notre gouvernement aujourd'hui selon moi, c'est qu'il est complètement soumis aux lobbies sionistes, mais aujourdhui il ne peut pas l'afficher trop clairement au risque d'enflammer la situation. Ils en sont donc arrivés à créer volontairement une situation de violence dans les manifestations, d'abord en laissant les extrémistes de la LDJ provoquer des manifestants, ensuite en interdisant les manifestations, et pour finir en abusant de gaz lacrymogène pour faire dégénérer la situation. (je n'excuse pas pour autant la violence des casseurs)
Ils ont donc réussi à faire en sorte que l'opinion publique désapprouve ces manifestations, mais le revers de bâton c'est que ça le oblige à faire le jeu du FN en parlant de certains problèmes liés à l'immigration incontrôlée.
Quelle que soit la réaction du gouvernement désormais, ça fera le jeu du FN, donc la meilleure solution qu'ils ont c'est de ne rien faire et attendre que ça passe.